August 14, 2022

La state of affairs in filière laitière est préoccupante. Après avoir atteint l’autosuffisance en l’an 2000, la Tunisie risque carrément d’importer le lait d’ici la fin de cette année 2022, si rien n’est fait.

C’est ce qu’a indiqué, vendrdi 5 août 2022, Vice-President of the Nationwide Syndical Chamber of Industrial Enterprises (CSNIL), akin to the Tunisian Union of Business, Commerce and Crafts (Utica)), Ali Klebi.

Au micro de Hatem Ben Amara dans la matinale “Eddenia ou mafiha” sur Jawhara FM, M. Klebi précisé que l’Etat n’a pas payé la compensation aux industriels depuis treize mois, quatorze en comptabilisant le mois de juillet 2022. hui, l’Etat doit aux quatre usines qui resent sur les huit qui existsaient, 260 million dinars, which happened in June 2022. limites de leurs capacités d’emprunt.

Côté éleveur, le vice-president of CSNIL a expliqué que le prix vente du lait fixé par l’Etat ne suffit plus pour faire face à la hausse des coûts. C’est pour cela que plusieurs éleveurs baissent le fourrage donné à leur betail ou carrément vendent leur cheptel.

Il a specifé, dans ce cadre, que la manufacturing de lait est en chute depuis mai 2022 et que si un compromis n’est pas trouvé, la Tunisie sera obligée de consommer le inventory de regulation de 15 jours, puis elle elle devra recourir’ import.

Or, le litter de lait importé coutera 3 dinars versus 1.76 dinars la litr actuellement. Certes les éleveurs et les industriels réclament une augmentation des prix mais au ultimate, le prix sera beaucoup moins cher que si l’on va l’importer en devise.

Le prix du liter contains compensation of 410 millimeters and, on request, hausse de cette compensation, vula hausse de tous les entrants outre le paiement de la comprend en retard aux industriels.

AT

Leave a Reply

Your email address will not be published.