Malgré un pouvoir d’achat en berne et la hausse des prix, tout est plein à craquer (inns, seashores, eating places, lounges and cafes, avionics, taxis, lieu de loisir, …), some merchandise à et dencirées sont di trouver ou carrement en rupture de inventory. Le constat est easy, les Tunisiens consomment et surconsomment, sans frein. Remark expliquer cette frenésie ?

Alors que l’inflation a atteint son plus haut taux depuis 31 ans et que les Tunisiens ne cessent de se plaindre de la cherté de la vie, on constate partout une frénésie de consommation. La cherté de Sure Produits et aliments n’empêche pas leur consommation. Sure areas of the tremendous marches sonte reassortis plusiers foie par jur or sonte videz à caus de cette frénésie. Mais remark expliquer cette dualité entre la surconsommation d’une half et le pouvoir d’achat en berne d’autre half.

Pour répondre à cette query, Enterprise Information, contact economics consultants and universities to learn how to elucidate this phenomenon.

A physician of economics, a lieutenant on the College of Carthage, and knowledgeable guide Aram Belhadj are everlasting candidates. ” C’est vrai qu’en observant les Tunisiens et les familles tunisiennes, on n’a pas l’impression qu’il ya une crise dans le pays ”, in-il admis dans ine declaration à Enterprise Information.

Pour lui, cela est la resultante directe des inégalités et de la non-equité taxe. Et de soutenir Que la classe moyenne a été décimée à case des inégalités importantes: les riches sont devenus plus riches et les pauvres se sont encore appauvris.

M. Belhaj is an expliqué que trois social-economiques prennent half à ce phénomène.

La première est une catégorie aisée, ayant un pouvoir d’achat qui lui permet à un entry facile aux biens et companies, with out limitation.

La deuxième est représentée par une grande partie de la classe moyenne, qui seeke de garder le même niveau de vie qu’avant, et qui compense la détérioration de son pouvoir d’achat avec un recours excreifment à l’endette.

La troisieme est composée par les Tunisiens résidents à l’étranger (TRE) qui ont toujours un meilleur pourvoir d’achat, malgré la cherté de lé vie Tunis enie, vu qu’ils sont payés en devises.

L’Economiste proposes, pour mettre fin à la baisse du pouvoir d’achat de la classe moyenne, l’instauration d’une imposition sur le patrimoine immobilier dormant à défaut de l’imposition d’un impôt sur la luck on the face of an sincere face à ces inégalités et qui peut être un axe essential dans la tax reform à entreprendre.

Pour sa half, l’universitaire specialiste en economie, l’universitaire specialiste en economie, guide and head of the enterprise, Wajdi Ben Rejeb, pense qu’une large participant, a cette frenesie de consommation est composee essentiellement par des touristses et par des TRE de retour au pays composantes qui consomment beaucoup, fortes de leur pouvoir d’achat.

Les tre et les vacationers are succesful, selon lui, de mener ce prepare de vie grace à leur pouvoir d’achat obtenu notamment à trigger du shine du dinar et et parité en berne face à l’euro ou greenback. Pour lui, ce sont les deux catégories qui remplissent les hôtels, les avions, les restaurant et louent des voitures automobile le coût de la vie en Tunisie reste moins cher que leurs pays d’origine ou d’accueil.

One other facet of évoqué par l’economiste, c’est le change de comportement du Tunisien lambda: il accepte désormais une logique de “cigale” et n’est plus dans la logique de “fourmi” d’avant de travail, d’épargne et d’investissement, faisant référence à la de la Fontaine’s well-known fable.

Aujourd’hui, ayant eu Consomment qu’ils n’ont plus la capacité de faire de gros investissements comme l’achat d’une maison, les Tunisiens se sont retournés vers la consommation pure et dure, pour subvenir à leurs pour besoins et truthful comme tout le monde, surtout avec le développement d’web et des réseaux sociaux, les uns copyent les autres. Il s’agit un phénomène de mimétisme et d’isomorphisme “, at-il exlique.

Et de soutenir que l’économie d’endettement est en prepare de prendre une grande place dans le paysage et que beaucoup de personnes s’endette, en empruntant à d’autres personnes, à des banques ou en recourant à des achacats a aller en jobs for shoppers. Ces personnes se réconfortent à l’idée que tout le monde le fait, qu’ils le méritent et il n’y a pas des raison de se river, selon lui.

Or, c’est un mauvais comporment économique “, in il martelé dans sa declaration à Enterprise Information, ” automobile il ya un équilibre à maintenir entre ce qu’on gagne et ce qu’on dépense “. Et de préciser qu’il s’agit d’un contexte et d’un social facet, sociological and cultural, qui n’est pas propre aux Tunisiens mais à tous les méditerranéens du sud et des pays en développement.

En réponse à une interrogation in Enterprise Information, he confirmed that pandémie a été aussi un facteur décisif, les consommateurs acceptant de plus en plus des comportements irrationnels basés sur l’endettement, ce qui explique cette f centnéritage’, années de privation. Ainsi, le consommateur épouse une relation carpe diem: vivre le jour le jour et ne pas penser axu conséquences sur le lendemain. Le hic, c’est que les personnes qui recourent à un endettementxtremeif doivent ensuite faire face à des tough financial situations.

Mr. Ben Rejeb factors out that parmi la massa, il des personnes aisées qui peuvent se permettre ce style de comportement, mais il a souligné dans ce cadre que l’economie de rente et l’économie informelle, sevolution sont amplifiées depuis et se grows. I selected one thing that focuses on the poor in Tunisia and the vitamin of the nouveau riche, des “ martial riches which advantages the system and influences the conduct of Tunisians in different imitator courses.

Wajdi Ben Rejeb is assured, donc, Que la consommation qu’on observes induit en erreur, automobile il faut voir remark cette consomation est payée. Et d’ajouter que les Tunisiens sont à l’picture du pays, endettés et continuent à s’endetter malgré un taux d’endettement tres élevé.

La frénésie de consommation observée et le comportement de Tunisiens re reflètent pas la réalité de leurs of finance and leur pouvoir d’achat. A l’picture du pays, une large frange du pays se pavane et exhibe un faste irréel, financé par un surendettement.

Imen NUIR

Leave a Reply

Your email address will not be published.