Istanbul, Turquie – Les deux semaines entre le premier et le deuxième tour de scrutin en Turquie ont vu un changement marqué dans l’intensité de la campagne alors que le pays entre dans le territoire inexploré d’un ruissellement présidentiel.

Dimanche, ce sera la première fois que les électeurs turcs devront se rendre une deuxième fois aux urnes pour choisir leur prochain président – ​​et beaucoup semblent avoir du mal à ressusciter l’enthousiasme du premier tour.

« C’est une sensation étrange. J’ai l’impression que l’élection est terminée, mais je sais qu’il y en aura une autre dimanche », a déclaré Soner Ugurlu, 49 ans, en sirotant un thé avec des amis dans le quartier Tophane d’Istanbul.

“Bien sûr, je voterai à nouveau, mais cela semble bizarre car tout est beaucoup plus calme par rapport à il y a deux semaines”, a-t-il déclaré.

De nombreux électeurs voient le président Recep Tayyip Erdoğan en tant que vainqueur probable alors qu’il cherche à prolonger ses 20 années au pouvoir de cinq années supplémentaires, ajoutant au sentiment que le deuxième vote est en quelque sorte un anticlimax.

Erdogan a surpris les sondeurs et les commentateurs le 14 mai lorsqu’il a devancé ses deux challengers et a failli dépasser le seuil de 50% pour remporter le concours au premier tour.

Il affronte désormais le candidat classé deuxième, chef de l’opposition Kemal Kilicdaroglu, qui a obtenu environ 45 % des voix contre 49,2 % pour Erdogan, selon le décompte le plus récent. Ce n’est que la troisième fois que les Turcs votent directement pour leur président. Erdogan a remporté les élections de 2014 et 2018 au premier tour.

La plupart des sondages d’opinion avait prédit Kilicdaroglu est arrivé premier au scrutin initial, certains suggérant même une victoire pure et simple, et le message confiant de l’opposition reflétait ce résultat anticipé.

De nombreux partisans de l’opposition se sentent maintenant dégonflés après que leurs espoirs de chasser Erdogan du pouvoir aient été anéantis. Erdogan était considéré comme vulnérable alors que les Turcs traversaient une crise économique et après avoir critiqué son gouvernement pour une lenteur initiale réponse aux séismes dévastateurs de février.

“J’avais beaucoup d’espoir avant le 14 mai car il semblait que nous allions enfin nous débarrasser de lui, mais maintenant il semble qu’il soit imbattable”, a déclaré Olcay, qui dirige un magasin de vêtements à Cihangir, un quartier branché d’Istanbul.

“Tout le monde est fatigué de cette lutte”, a déclaré la femme de 34 ans, qui a refusé de donner son nom de famille. “Il est difficile de retrouver l’enthousiasme de voter à nouveau car cela ressemble à un accord conclu, mais bien sûr, je le ferai car c’est mon devoir.”

ruissellement Turquie
Les bannières électorales sont retirées de la place Taksim d’Istanbul [Hannah McKay/Reuters]

Berk Esen, professeur adjoint de sciences politiques à l’Université Sabanci d’Istanbul, a déclaré qu’il fallait s’attendre à une démoralisation de l’opposition.

“Malgré la crise économique actuelle et la négligence du gouvernement pendant et après le tremblement de terre, Erdogan a quand même obtenu près de 50%”, a-t-il déclaré.

“C’est vraiment décevant pour les électeurs de l’opposition qu’Erdogan puisse encore jouir d’une aussi grande popularité aux yeux des électeurs”, a-t-il déclaré. “Il est également vrai que les dirigeants de l’opposition et les agences de sondage avaient excessivement suscité les attentes des électeurs de l’opposition.”

Les partisans d’Erdogan, quant à eux, sont convaincus que lundi prochain, leur homme cimentera son emprise sur l’avenir du pays.

“Je pense que nous le verrons commencer cinq ans de plus à l’anniversaire de 1453”, a déclaré Osman Cakir, un étudiant de 22 ans d’Istanbul, faisant référence à l’anniversaire de lundi de la conquête ottomane de la ville.

Un sentiment réduit de fièvre électorale se reflète dans les rues.

Des banderoles politiques drapées à l’extérieur des bureaux du parti sont suspendues au soleil, tordues et emmêlées après deux semaines d’exposition aux éléments. Les bus électoraux arborant les visages et les slogans des candidats et hurlant des chansons de campagne semblent plus rares.

Les kiosques de campagne du parti restent dans les centres de transport, mais les foules autour d’eux sont nettement plus minces qu’il y a quinze jours. De nombreux partis qui ont participé aux élections législatives du 14 mai et soutenu les candidats à la présidence sont absents.

Devant le terminal de bus et de ferry de Kadikoy sur la rive asiatique d’Istanbul, seuls le Parti de la justice et du développement d’Erdogan et le Parti républicain du peuple de Kilicdaroglu sont présents ainsi qu’une petite tente pour le parti Deva, qui soutient Kilicdaroglu.

ruissellement Turquie
Les campagnes en Turquie présentent des camions pour les principaux candidats qui se garent dans les centres de transport et diffusent des chansons de campagne. Celui-ci est pour le titulaire, Erdogan [Dilara Senkaya/Reuters]

La campagne des deux candidats restants a également été plus modérée depuis le premier vote.

Au lieu de rassemblements de masse en plein air réunissant des dizaines ou des centaines de milliers de partisans brandissant des drapeaux, Erdogan et Kilicdaroglu se sont largement limités à de plus petites apparitions publiques tout en maintenant un programme d’interviews et de déclarations diffusées via les réseaux sociaux.

Erdogan devait assister vendredi à une réunion de femmes et à un petit rassemblement à Istanbul avant une interview télévisée dans la soirée. Deux semaines plus tôt, son programme du vendredi consistait à organiser trois rassemblements à travers Istanbul, à organiser un sommet de la jeunesse et à faire une apparition à la télévision.

Les commentateurs s’attendent toujours à une forte participation dimanche même s’il ne s’agit probablement pas des 89 % atteints au premier tour. “Il atteindra probablement environ 84 ou 85%”, a déclaré Esen.

Le décompte des votes de bulletins de vote à l’étranger dans 73 pays et aux postes frontières ont en fait montré une légère augmentation par rapport au premier tour mardi soir, les bureaux de vote à la frontière devant rester ouverts jusqu’à la fin du vote national dimanche.

La participation étrangère au premier tour, cependant, était bien inférieure, à 54 %, à la participation en Turquie.

Dimanche, les bureaux de vote ouvrent à 8h00 (05h00 GMT) et ferment à 17h00 (14h00 GMT).

01130
84675
66158
76462
04843
57867
69491
76948
06801
77804
32136
42533
58187
12053
00807
78783
65454
59911
00147
74017
84713
42586
17417
91565
11677
00369
38800
46451
00073
40384

By mrtrv